Tänään on 18.06.2019 16:44 ja nimipäiviään viettävät: Tapio ja Ingolf. Käytämme EVÄSTEITÄ | MOBIILIVERSIO M.BLOGIVIRTA.FI
Antti Alanen: Film Diary:

Roubaix, une lumière / Oh Mercy!

Julkaistu: · Päivitetty:

Roubaix, une lumière. Léa Seydoux as Claude. Director: Arnaud Desplechin Country: France Year: 2019 Duration: 1.59 Languages: French / subtitles in English Original name: Roubaix, une lumière Category: Arnaud Desplechin, Gems of New Cinema Unifrance: "Christmas night in Roubaix. Police chief Daoud roams the city. Burn out cars, violent altercations... In the face of poverty, deception and distress, Daoud knows who is lying and who is telling the truth. Fresh out of the police academy, Louis has recently joined Daoud’s crew. Young, awkward and easily misled, he constantly misunderstands those he encounters. Daoud and Louis are confronted with the murder of an old woman. The old woman’s neighbours – two young women, Claude and Marie – are arrested. They are addicts, alcoholic, lovers… They terrify Louis. But Daoud never judges them. He speaks, he listens to them. With words, rising beyond the horror of their crime Daoud will find a way to give two murderers back their humanity. " (Unifrance) Mia Öhman (MSFF): " 17 years ago in Roubaix, a run-down former industrial town located in Northern France near the Belgian border, a murder was committed. Léa Mysius and Arnaud Desplechin took a novel written about the murder and turned it into Roubaix, une lumière (2019). Director Desplechin was born in Roubaix and has set several of his films in the town." "Also grown up in Roubaix is the fictional detective Daoud (Roschdy Zem) whose roots are in Algeria. His character has been likened to a modern Maigret as well as Porfiry Petrovich of Dostoevsky’s Crime and Punishment. Daoud is a calm observer who trusts the justice system, understands his fellow humans, and is infallibly able to assess who is guilty or innocent. He roams the city paired with Louis (Antoine Reinarzt)." "Two young women, Claude (Léa Seydoux) and her girlfriend Marie (Sara Forestier), are being interrogated as witnesses to a fire next door, but they are actually guilty of murder. Daoud seeks a motive for the deed and his investigations can feel either tormenting or enjoyable. Desplechin aims to depict police work as realistically as possible, so some of the film’s material is taken from a 2008 television documentary of Roubaix’s police station and all crimes covered in the film are based on reality. " (MÖ) AA: In this deeply moving film Arnaud Desplechin returns to his hometown Roubaix, now fallen to hard times after the downfall of its formerly prosperous industries. Its crime rates are breaking records. Roubaix, une lumière is un film policier , and the police headquarters is the key location. We follow four investigations, including a case of a burned man, a case of arson, and a case of a runaway girl. The toughest case is that of a murdered old woman. Two young women, witnesses to the arson case, gradually become main suspects. Roubaix, une lumière does not belong to the thriller genre nor to the action genre of police films. It belongs to a realistic and humanistic trend in which the work of the police illuminates the social condition like in the Swedish tradition of Sjöwall & Wahlöö, nowadays prominently carried by television series such as The Wire. Roubaix, une lumière is a film about a community suffering from crime and a police force carried by un esprit de corps. The team has a committed leader, inspector Daoud (Roschy Zem), who belongs to a venerable rank of fictional investigators, inviting comparison with inspector Lohmann (in Fritz Lang's M), inspector Maigret, and in Finland, inspector Palmu. All share a strong talent in intuition. All also share a special sense of milieu and atmosphere. Arnaud Desplechin says that in the heart of the film is the mystery of inhumanity, and in this he shares an affinity with Dostoevsky. Except for the four brilliant professional actors all members of the cast are non-professionals, essentially appearing as themselves. This audacious solution works perfectly. My favourite sequence of the film is the reconstruction of the murder. We never see violent action, but Daoud invites the two young women to the old woman's house, and they enact their deed in graphic detail. Ultimately, this is a story of redemption, like in the classics of Hitchcock and Dostoevsky. OH MERCY! Ohjaaja: Arnaud Desplechin Maa: Ranska Vuosi: 2019 Kesto: 1.59 Kielet: ranska / tekstitys englanniksi Alkup. nimi: Roubaix, une lumière Kategoria: Arnaud Desplechin, Uuden elokuvan helmet Mia Öhman (MSFF): Ränsistyvä entinen teollisuuskaupunki Roubaix sijaitsee Pohjois-Ranskassa lähellä Belgian rajaa. 17 vuotta sitten siellä tapahtui murha, josta tehtyyn romaaniin Léa Mysiusin ja Arnaud Desplechinin kirjoittama Roubaix, une lumière (2019) perustuu. Ohjaaja Desplechin on itse kotoisin Roubaix’sta ja sijoittanut sinne monta aikaisempaakin elokuvaansa. Kaupungissa on kasvanut myös elokuvan fiktiivinen algerialaistaustainen komisario Daoud (Roschdy Zem), nykyajan Maigret. Hahmoa on verrattu myös Dostojevskin Rikoksen ja rangaistuksen Porfiri Petrovitšiin. Daoud on rauhallinen oikeusjärjestelmään luottava havainnoitsija, joka kykenee ymmärtämään kanssaihmisiään ja osaa salamannopeasti ja erehtymättömästi arvioida kuka on syyllinen, kuka viaton. Hänen parinaan kaupungin menoa ihmettelee Louis (Antoine Reinarzt). Kaksi nuorta naista, Claude (Léa Seydoux) ja hänen tyttöystävänsä Marie (Sara Forestier) on kuulusteltavana naapurissa tapahtuneen tulipalon todistajina, mutta he ovatkin syyllistyneet murhaan. Daoud hakee teolle motiivia, ja selvittelyn voi kokea joko piinaavana tai nautittavana. Desplechinin realistiseen pyrkivä poliisien työn tarkka kuvaus on käyttänyt materiaalina myös vuonna 2008 esitettyä tv-dokumenttia Roubaix’n poliisiasemasta, ja kaikki elokuvassa käsitellyt rikokset ovat peräisin tosielämästä. (MÖ) (MSFF) ROUBAIX, UNE LUMIERE PRESS KIT SYNOPSIS Roubaix, une nuit de Noël. Le commissaire Daoud sillonne la ville qui l’a vu grandir. Voitures brûlées, altercations... Au commissariat, vient d’arriver Louis Coterelle, fraîchement diplômé. Daoud  et  Louis  vont  faire  face  au  meurtre  d’une  vieille  dame.  Deux  jeunes  femmes  sont  interrogées,  Claude  et  Marie.  Démunies,  alcooliques, amoureuses. ARNAUD DESPLECHIN: NOTE D’INTENTION « Enfant-cinéphile, dès la cour de récréation, je refusais la société. Mais je crois qu’avec le cinéma, j’ai su accepter le monde ».  Je retranscris bien imparfaitement la voix de Daney, entendue à la radio. Et longtemps, cette phrase fut mon vade-mecum. Tous  mes  films  ou  presque,  furent  romanesques.  Trop  ! C’est ce « trop » que j’ai désiré. Aujourd’hui, j’ai souhaité un film qui colle au réel, de toute part. Qui reprenne un matériel brut. Et qui – par l’art de l’acteur – puisse s’enflammer. Comme le prologue du scénario l’indique : j’ai voulu ici ne rien offrir à l’imagination, ne rien inventer, mais retravailler des  images  vues  à  la  télévision  il  y  a  10  ans,  et  qui  n’ont  cessé de me hanter depuis. Pourquoi  n’ai-je  jamais  pu  oublier  ces  images  ?  C’est  que  d’habitude, je ne sais m’identifier qu’aux victimes. Je n’aime pas beaucoup les bourreaux. Et pour la première et unique fois  de  ma  vie,  chez  deux  criminelles,  je  découvrais  deux  sœurs. J’ai  voulu  considérer  ces  mots  bruts  des  victimes  et  des  coupables  comme  la  poésie  la  plus  pure  qui  soit.  Je  l’ai  regardée comme un matériel sacré, soit : un texte que nous n’en finissons pas d’interpréter. Spectateur,  je  n’en  finis  pas  d’avoir  le  vertige  devant  la culpabilité, et l’enfance de ces deux meurtrières. Retranscrivant et agençant ce matériel, je songeais chaque jour à Crime et Châtiment. Les tourments de Raskolnikov, ce sont les mêmes que ceux de ces déshéritées. Oui, Pitié, plus qu’on ne peut dire est au cœur de l’amour. Réalisateur,  je  cherche  maintenant  comment  filmer  et diriger  –  comment  les  acteurs  interprèteront  de  tels  rôles.  Je  crois  que  la  position  de  la  caméra  et  le  jeu  de  l’acteur  peuvent donner à voir les pires tourments des âmes. C’est la puissance d’incarnation propre au cinéma. Je  crois  que  la  fiction  gagne  à  être  un  miroir  possible  du réel. Ce  qui  m’a  sans  doute  tant  frappé  lorsque  je  découvrais  ces images à l’origine de mon film, ce sont ces visages de femmes. Coupables et victimes. La vieille Lucette, la jeune femme violée, l’amie qui l’accompagne, la jeune fugueuse, et enfin les deux meurtrières qui me conduisent dans une spirale de terreur... Ainsi, à travers la vie de ce commissariat roubaisien, c’était un  portrait  forcément  lacunaire  de  la  condition  féminine  aujourd’hui. Un  seul  film  fut  mon  guide  cinématographique  : Le  Faux  Coupable d’Hitchcock. Un fait divers rendu à sa brutalité, sa nudité, son énigme. L‘énigme du vrai. L’on  sait  comment  Hitchcock  poussa  l’obsession  réaliste  jusqu’à filmer dans les lieux même du fait divers, utilisant les témoins dans leurs propres rôles. Ici, je n’ose emprunter le chemin du maître. Mon chemin est  le  suivant  :  je  pense  le  jour  venu  savoir  diriger  ces  mots, filmer des acteurs qui se les approprient et nous les rendent.  Oui,  rendre  hommage  à  la  trivialité  de  ces  mots  ou à leur mystère. Soit, par le génie propre au cinéma, faire poudroyer la grandeur de la fiction dans un terrain dévasté, des vies fracassées. C’est  un  projet  humble.  Et  son  ambition  me  submerge.  C’est cette ambition que je veux embrasser. Au  cœur  du  film,  se  trouve  la  question  de  l’inhumain. Qu’est ce qui est humain, qu’est- ce qui ne l’est plus ? À  travers  le  regard  du  commissaire  Daoud,  tout  s’avère profondément  humain.  La  souffrance  comme  le  crime. Pour  Daoud,  le  travail  de  la  loi  est  de  faire  rentrer  dans  l’humain ce qui d’abord nous a plongé dans l’effroi.... Daoud demande à Claude si son enfant est en foyer. Oui, répond-elle. C’est  bien,  conclut  Daoud.  Parce  qu’il  croit  en  la loi, au progrès, au pardon. Peut-être le foyer sauvera-t-il cet enfant. C’est ce pari fou de la loi qu’embrasse Daoud....  Le  crime  n’est  pas  montré.  Mais  les  deux  meurtrières  vont  rejouer  la  scène,  autour  d’une  absence.  À  Daoud,  elles  offrent  leur  témoignage,  et  reviennent  ainsi  parmi l’humanité. À  la  suite  de  Daoud,  je  veux  offrir  un  visage à ces deux femmes, me reconnaître en elles, sans les juger. Pour  cela,  il  y  a  des  juges  et  je  n’en  suis  pas...  C’est  le  plongeon vertigineux auquel je me suis attelé tout au long de cette écriture. La part que j’ai réservée à la fiction fut le portrait des flics. Il me fallait les détailler un peu. Deux   flics   s’opposent   et   sympathisent.   Louis,   jeune catholique maladroit, à qui la grâce a manqué. Il ne cesse de se tromper. Et Daoud, sans famille ni religion, qui sait en un regard reconnaître le mensonge de la vérité. Parce qu’à Daoud, rien n’est étranger.Étranger dans sa propre ville, honni par sa famille, Daoud sait  s’identifier  à  tous  ceux  qu’il  croise.  Il  partage  leur humanité. Comment pourrait-il ne pas les comprendre ? S’il  m’a  fallu  ici  utiliser  la  fiction,  je  n’ai  pas  voulu  pour autant la lester de roman. Il m’a semblé que le romanesque est aujourd’hui partout à la télévision. Ces policiers, je les ai voulus plus iconiques que romanesques. Il m’a semblé que ce statut d’icônes, leur silence, portaient plus de vérités que les digressions. Qu’est-ce  qui  fait  tenir  Bourvil  dans  Le  Cercle  Rouge  ?  Une  phrase de son supérieur : tous les hommes sont coupables. Qu’est-ce qui fait tenir François Périer dans Le Samouraï ? La pure présence de l’acteur, et l’attention aux gestes. C’est à ce laconisme et à cette attention que j’ai voulu me dédier. Daoud est un œil, et une oreille. Il voit le monde, et l’accepte. Comme me l’enseignait Serge Daney. Arnaud Desplechin LISTE ARTISTIQUE Daoud / Roschdy ZEM Claude / Léa SEYDOUX Marie / Sara FORESTIER Louis / Antoine REINARTZ Les policiers Judith / Chloé SIMONEAU De Kayser / Betty CARTOUX Aubin / Jérémy BRUNET Benoît / Stéphane DUQUENOY Enquête homme brûlé Dos Santos / Philippe DUQUESNE Enquête incendie Kovalki / Anthony SALAMONE Farid / Ilyes BENSALEM Enquête fugueuse M. Hami (le père) / Abdellatif  SEDEGUI Mme Duhamel (la mère) / Sylvie MOREAUX Fatia Belkacem (la copine) / Diya CHALAOUI Alaouane (l’oncle) / Bouzid BOUHDIDA Soufia Duhamel-Hami / Maïssa TALEB LISTE TECHNIQUE Réalisation: Arnaud DESPLECHIN Scénario & dialogues: Arnaud DESPLECHIN, Léa MYSIUS Adapté de: Roubaix, commissariat central de Mosco BOUCAULT Image: Irina LUBTCHANSKY Montage: Laurence BRIAUD Musique originale: Grégoire HETZEL Direction artistique et décors: Toma BAQUENI Costumes: Nathalie RAOUL Casting: Alexandre NAZARIAN, Clément MORELLE Son: Nicolas CANTIN, Sylvain MALBRANT, Stéphane THIÉBAUT Assistante à la mise en scène: Marion DEHAENE Une coproduction: WHY NOT PRODUCTIONS / ARTE FRANCE CINÉMA Avec la participation de: CANAL +, CINÉ +, ARTE FRANCE, MICHEL MERKT Avec la participation du: CENTRE NATIONAL DU CINÉMA ET DE L’IMAGE ANIMÉE et de: PICTANOVO avec le soutien de la: RÉGION HAUTS-DE-FRANCE Ventes internationales: WILD BUNCH Distribution France: LE PACTE © 2019 Why Not Productions - Arte France Cinéma / Photos : Shanna Besson

Avainsanat: breaking born betty belgia become avec synopsis subtitles station special son some social sijaitsee share several who vuosi voi ville viaton tyttöystävä trend tradition town thriller they televisio tekstitys team tarkka tapahtua syyllinen write works women woman wild whose murha murder moving monde modern michel mia members me material materiaali sara sa roman romaani rikos records reality rauhallinen ranska raja radio question professional press possible portrait poliisi photo pari palmu old ohjaaja nykyaika nuori note northern nimi nicolas near national nathalie nainen sequence sense marie main maa lumière louis like kyetä kuvaus komisario kokea kieli kesto kaupunki kategoria jeremy it irina intuition image ihmetellä human house horror hitchcock helmi guide grace girlfriend genre fritz fresh french françois france four fire finland film fiktiivinen fiction favourite face esprit entinen chloé ces centre central casting englanniksi elokuva elle easily dostojevski door donner documentary director direction detail dans crime crew country community cinema cine au attention arvioida antoine anthony alexandre alcoholic actors action academy able cast case cars canal camera by burn


blogivirta.fi